Le CDAFAL condamne la Burqa

lundi 16 novembre 2009
par  jp.bonnet
popularité : 11%

LE CDAFAL CONDAMNE LA BURQA

Le Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques du Rhône ne peut accepter de voir le port du voile intégral dans les lieux publics.

À la faveur de conditions politiques, économiques et sociales particulières, tant sur le plan mondial que dans l’Europe de l’Ouest, et singulièrement en France, le développement du port du voile intégral dans les lieux publics, même s’il ne concerne qu’un nombre limité de personnes, monte en puissance depuis quelques années.

Cette pratique est induite par une frange marginale et intégriste dont les méthodes relèvent de la dérive sectaire et dont les objectifs sont un défi pour nos démocraties.

Nous ne pouvons pas accepter cette pratique :

- en premier lieu, parce qu’elle constitue une agression, qui a peu d’équivalents dans notre histoire, contre nos principes fondamentaux de la relation entre les individus de notre société. Le refus d’être visible tout en pouvant voir constitue une rupture forte et injustifiable du rapport à l’autre. Par conséquent elle est source de tensions, voire de violences "je suis agressé, donc je réagis".

- également, parce qu’elle résulte le plus souvent d’une aliénation de la femme par l’homme induite par une conception inégalitaire et rétrograde de la place et du rôle de la femme. Elle constitue une rupture dans le processus d’égalité des droits des individus, singulièrement ceux de la femme et en cela elle porte atteinte à sa dignité.

Cette pratique est encore plus condamnable lorsqu’elle concerne des enfants, fait qui démontre si besoin en était les manipulations de type sectaire des groupuscules ou individus la prônant, violant ainsi la convention internationale des droits des enfants de 1989.

Lorsqu’elle est revendiquée, si toutefois cette revendication relève d’une démarche personnelle totalement consentie et non du résultat d’une manipulation mentale habile, elle renvoie une image affligeante à toutes les femmes qui se battent pour leurs droits dans le monde entier. Elle constitue une agression délibérée au vivre ensemble et à la démocratie dans notre pays.

Toutefois, si le CDAFAL du Rhône souhaite une interdiction ferme de cette pratique dans l’espace public, il ne souhaite pas la condamnation des femmes qui portent le voile intégral, car en démocratie, il ne saurait être question de condamner les victimes.

Le CDAFAL du Rhône souhaite la mise en œuvre d’une lutte contre tous les groupuscules, gourous et manipulateurs dont les buts sont la destruction de notre démocratie par l’aliénation des individus, en se servant des plus faibles et souvent des plus démunis.

La lutte contre ce phénomène doit trouver sa place dans une politique ambitieuse
d’intégration, dans laquelle l’éducation des jeunes, filles et garçons, doit avoir une place prépondérante. L’école publique et les mouvements d’éducation populaire laïques constituent les piliers de ce processus. Cette politique d’intégration ne peut aboutir que dans le cadre
d’une politique salariale et sociale permettant à chaque individu de vivre décemment.

Pour le CDAFAL, la politique actuelle qui favorise l’enseignement privé, en particulier
confessionnel, voire communautariste et multiplie les attaques contre les mouvements
d’éducation populaire, tourne le dos aux valeurs laïques seules capables d’assurer le vivre ensemble.

Le Conseil d’Administration du CDAFAL