Migrants : la honte et l’horreur

vendredi 28 août 2015
par  jp.bonnet
popularité : 95%

Migrants : la honte et l’horreur

Combien de morts, combien de disparus, combien de familles anéanties, broyées, disloquées, faudra-t-il pour que l’Europe soit à la hauteur du problème, mette les moyens envers une population qui est en danger permanent de mort ! Tout humaniste par-delà ses appartenances, ses croyances, ne peut qu’avoir honte et nul ne peut dire qu’il ne le savait pas ! Où est la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ? Où est la Déclaration Universelle des Droits des Enfants ? Le CNAFAL, mouvement familial progressiste ne peut se taire.

Déjà, le 16 juillet 1938, la Conférence d’Evian qui fut plus tard qualifiée de « conférence de la honte », tenue à l’initiative des USA rassemble 32 pays, dont 9 seulement européens : son but est de venir en aide aux réfugiés juifs allemands et autrichiens, sachant qu’à cette date-là un quart de ces populations avait quitté ces 2 pays, parce qu’il pressentait qu’il était en danger de mort : six cent mille vies étaient alors en jeu. Une politique de quotas d’immigration fut discutée. La plupart des pays présents invoqueront, comme aujourd’hui, diverses raisons pour ne pas accepter davantage de réfugiés, chacun se renvoyant la balle, parlant de saturation, de manques de moyens. La lâcheté et l’hypocrisie des dirigeants furent patentes. On sait le résultat aujourd’hui : des millions de juifs gazés, d’autres millions déportés. Ceux qui savaient se sont tus !

Décidément, les leçons de l’histoire ne sont pas retenues. Qui peut nier aujourd’hui que l’ensemble des populations qui débarquent en Europe (leur seule planche de salut), ne sont pas en danger de mort quelle que soit leur origine, ou leur ethnie, ou leur appartenance religieuse. Honte à l’Europe, honte à la France.

Le droit à l’asile est bafoué parce qu’on ne veut pas mettre les moyens et le fait de ne pas mettre les moyens, accroît les tensions avec les populations autochtones, génère tous les trafics et en l’occurrence d’êtres humains !

La mer Méditerranée, haut lieu de la civilisation européenne, moyen-orientale et nord-africaine est devenue un lit de morts. Seule apparemment l’Allemagne « rachète » les fautes du nazisme en ouvrant largement ses frontières, malgré les manifestations de l’extrême droite.

L’Allemagne a compris que l’immigration était une richesse ; beaucoup de réfugiés sont jeunes et bien formés. L’Etat allemand met le paquet pour les intégrer : cours de langue et de civilisation intensifs. Plutôt que de « barricader » l’Europe, ce qui coûte et coûtera des milliards, mettons cet argent au service de l’intégration, de l’accueil. L’Europe est une vieille nation qui fait de moins en moins d’enfants, elle a besoin d’une population jeune et dynamique. L’Europe, pendant des siècles, fut une terre d’immigrants et d’émigrés. Elle doit relever ce défi ! Le tribunal de l’Histoire ne nous pardonnera pas un
attentisme, qui s’il se prolonge, deviendra criminel.

Jean-Marie Bonnemayre, Président du CNAFAL

Jean-François Chalot, Secrétaire général du CNAFAL